Arcadia Lost

06/02/2012
Jean-Jacques Millo
Opus Haute Définition (France)

Voici bel et bien un petit bijou éditorial et musical du remarquable label australien Melba. Consacré à deux grandes figures de la composition anglo-saxonne, ce dernier propose en son programme, sous le titre de « Arcadia Lost », trois partitions de Ralph Vaughan-Williams (The Lark Ascending, Flos Campi, On Wenlock Edge) et la « Sinfonia da Requiem » de Benjamin Britten. « The Lark Ascending » pour violon solo et orchestre datant de 1914 fut révisé en 1920 pour une création l’année suivante, en 1921. « Flos Campi » pour alto solo, chœur sans paroles et petit orchestre fut créé à Londres en 1925 et s’inspire du Cantique des Cantiques. « On Wenlock Edge » pour ténor, piano et quatuor à cordes date de 1906-1909. Quant à la « Sinfonia da Requiem » Op.20 de Benjamin Britten, elle fut le fruit « d’une commande du gouvernement japonais pour la célébration du 2600ème anniversaire de la fondation dynastique du Mikado, précise François-René Tranchefort, qui fut refusée en raison de ses références à la liturgie romaine ». Sous la direction inspirée, profonde et rigoureuse du chef d’orchestre britannique, Mark Wigglesworth, les œuvres abordées dans cet enregistrement retrouvent une émotion trop souvent masquée par un académisme déroutant. Saluons également la voix toujours aussi éblouissante de Steve Davislim, d’une tenue exemplaire, ainsi que le quatuor Hamer, le chœur Cantillation, l’altiste Roger Benedict et le violoniste Michael Dautch, sans oublier le pianiste Benjamin Martin, qui participent à un des plus beaux SACD de ce début d’année 2012.